Imprimer la page

1b. La fragmentation

La multiplication végétative est possible chez de nombreux cormophytes par simple fragmentation de la plante mère. Le fragment isolé, le plus souvent issu de la tige feuillée, est de taille variable selon les cas et son degré de spécialisation. Il lui reste alors à former les racines qui permettront son individualisation.

Un détournement de l’activité du méristème caulinaire de bourgeon axillaire permet parfois la formation de nouveaux massifs méristématiques rhizogènes, à l’origine de la naissance de nouveaux individus. Cette réorientation précède ou pas la séparation de la plante mère.

Ainsi, chez certaines ronces, Rubus divers, un enracinement spontané au niveau de l’extrémité de rameaux aériens couchés au sol permet une colonisation, parfois envahissante, de l’espace par l’espèce. Chez les grémils, le rameau se courbe et avant même que son extrémité ait atteint le sol, de nombreuses racines ont fait leur apparition. L’individualisation de la plante fille se fait par dépérissement du rameau originel, le bourgeon apical ayant détourné son activité vers la production de racines.

La simple division de la plante mère est fréquemment pratiquée chez les végétaux aquatiques, on peut citer pour exemple l’Elodée du Canada et la lentille d’eau. La fragmentation de morceaux de tige conduit ici à la production naturelle de racines au niveau de bourgeons axillaires préexistants qui permet une propagation rapide de l’espèce. Certaines feuilles de Crassulacées, du genre Sedum notamment, et surtout de Cactacées, sont aussi capables, une fois tombée à terre d’enraciner spontanément pour donner un nouvel individu et coloniser une niche écologique plus agréable.

La plagiotropie est un dernier mécanisme de multiplication végétative sans formation d’organes spécialisés. Chez le fraisier, des stolons aériens, rameaux rampants à entre-nœuds longs, assurent la colonisation de l’habitat. Les feuilles y restent réduites alors que le bourgeon terminal s’enracine pour permettre ensuite l’individualisation d’un nouveau plant.