bannière de biologie végétale
image herbier de bourgogne






Nom scientifique :

Cynoglossum dioscoridis

Auteurs :

Vill.

Famille :

Boraginacées

Protection : Protection régionale
Synonymes :

Noms vernaculaires :

Cynoglosse de Dioscoride, Langue de chien de Dioscoride

Numéro : 0947
Etymologie :

Du grec cynos, chien, glossa, langue : allusion à la forme des feuilles (Coste)

 
Description :

Plante 2-annuelle assez grêle, à tige (c) 20-40cm, hirsute. Feuilles vert clair, toutes à 1 nervure, les basales (a) étroitement oblongues-lancéolées, les moyennes 7-9mm de large, plus ou moins amplexicaules ; poils fins abondants sur les 2 faces. Calice (d) couvert de poils soyeux apprimés, à lobes d’environ 3mm. Corolle environ 5mm, campanulée, à limbe = environ le tube. Nucules (e) 5-6mm de diamètre, à face externe densément glochidiée (f) et avec tubercules coniques

Répartition géographique  :

Talus forestiers, bois clairs thermophiles (chênaie pubescente), sur calcaire. -Extrèmement rare et strictement localisé. Fugace et en voie de régression évidente depuis le début du 20ème siècle.

Cynoglossum dioscoridis, sud-ouest-européenne, s’y trouve localisée aux montagnes calcaires périméditerranéennes : SE de la France, Pyrénées et NE de l’Espagne. Dans les Alpes il ne dépasse pas le nord de l’Isère. L’Îlot bourguignon est donc encore plus excentré que dans le cas de Valeriana tuberosa. L’absence de toute population plus continentale en Suisse, ou plus méridionale dans le Massif central, impose donc une relation avec l’aire alpienne. Il est vrai que cet îlot bourguignon est par ailleurs singulier, ne concernant que la Côte sud- et nord-dijonnaise et avec des localités fugaces, la plupart non revues depuis la fin du XIXème siècle, sauf à Tarsul où la plante a même pu être l’objet d’une centurie en 1950

 
Illustrations :
Planche herbier :