bannière de biologie végétale
image herbier de bourgogne






Nom
scientifique :

Cornus mas

Auteurs :

L.

Famille :

Cornacées

Protection : Espèce non protégée
Synonymes :

Noms vernaculaires : Cornouiller mâle, Cornouiller sauvage
Numéro :

0764

Etymologie : "Du latin cornu, corne : allujsion au bois lourd, dur et compact comme de la corne." (Coste)
"Ancien nom latin de ces plantes ; sans rapport avec cornu, corne, mais plutôt avec cerasus, cerisier." (Fournier)
 

Description :

 

 

Feuilles (a) progressivement atténuées au sommet, aiguës ou acuminées face inférieure du limbe avec poils épidermiques en navette, tous opprimés, et habituellement une petite touffe de poils blancs à l’aisselle de quelques nervures. Inflorescence (b) en ombelle axillaire à bractées involucrales jaunes, apparaissant avant les feuilles. Pétales jaunes. Drupes rouges.
Buisson ou arbuste de 3-6m, à rameaux grisâtres ou verdâtres, subtétragones, étalés-dressés. Ecorce fragmentée en petites plaques. Feuilles 4-110cm, ovales ou elliptiques, à plus grande largeur un peu au-dessous du milieu, vert terne plus pâle dessous, à 3-5 paires de nervures souvent en partie alternes. Bractées 6-10 x 3-6mm. Pétales (c) 2-2,5mm, réfléchis. Pédicelles = environ les bractées. Drupes (d) 1,2-1,5cm, elliptiques-oblongues

Répartition géographique  :

Cornus mas est du centre et SE de l’Europe et de l’Asie mineure, Arménie, Caucase. En France, il abonde dans tout le quart NE et se trouve présent mais, par taches plus dispersées, dans une bonne partie du reste du territoire.

Même si le courant migratoire européen du Cornouiller mâle est globalement d’origine orientale à sud-orientale, à l’exemple du Hêtre, l’aire bourguignonne est nettement rattachée directement au quart NE, avec voie d’origine possible lorraine, ou par l’E entre Jura et Vosges. La plante, par son assez grande amplitude thermique, pourrait être en outre de migration ancienne (fin du Boréal ?), avec celle des Chênes.

Bois clairs, taillis, haies sur substrat calcaire. -Très commun : Côtes et arrière-Côtes dijonnaises et chalonnaises, Châtillonnais, Basse-Bourgogne. -Assez commun : Donziais, Côte mâconnaise. -Rare : Pays d’Othe, Sénonais, Auxois, plaine des Tilles. -Ailleurs, parfois planté près des habitations, même sur substrat non calcaire.

 

 
Illustrations :
Planche herbier :