bannière de biologie végétale
image herbier de bourgogne






Nom scientifique :

Anthyllis montana

Auteurs :

L.

Famille :

Fabacées

Protection : Protection régionale
Synonymes :

Noms vernaculaires : Anthyllis des montagnes, Vulnéraire des montagnes
Numéro : 0613
Etymologie : "Du grec anthos, fleur, ioulos, duvet : plantes velues-soyeuses." (Coste)
"Grec anthyllis et anthyllion, nom d’une plante littorale à petites fleurs ; en latin, dans Pline, ces mêmes noms désignent des plantes de Crète à odeur résineuse." (Fournier)
 
Description :

Plante vivace à base ligneuse et tortueuse, ramifiée, formant gazon de 5-20cm de haut. Feuilles (a) surtout à la base des tiges florifères, imparipennées, à folioles (b) étroitement elliptiques, subégales, velues sur les deux faces. Bases foliaires dilatées, engainantes, striées. Tiges florifères dressées, de 5-10cm, soyeuses. Fleurs en têtes denses, avec bractées involucrales (c) palmatiséquées. Calice (d) tubulaire à dents subulées, plumeuses, = environ le tube. Etendard beaucoup > les autres pétales

Répartition géographique  :

Orophyte calcicole de la moitié sud de l’Europe, donc périalpienne en France, avec extension aux Cévennes, Corbières, Pyrénées et îlots disjoints en Quercy, Berry et Bourgogne.

L’aire bourguignonne se concentre dans les Côtes et arrière-Côtes sud- et nord-dijonnaises, avec une localité isolée dans les Monts du Mâconnais. Même si la plante peut être définie en France comme méditerranéo­montagnarde, l’origine directe des peuplements bourguignons est très vraisemblablement jurassienne, par exemple à la période Atlantique. Le mode de transport par dessus le fossé bressan pourrait relever aussi bien de l’anémochorie que de l’ornithochorie, en raison du faible poids des semences. L’arrivée en Bourgogne dans la Côte dijonnaise et dans le Mâconnais pourraient avoir été indépendantes, tout en étant dues aux mêmes phénomènes.

Corniches calcaires et pelouses voisines, en stations thermoxéro‑
philes ou mésophiles, presque toujours liée à la présence de Sesleria albicans. -Commun : Côte et arrière-Côte dijonnaises, de la vallée de Pignon au nord jusq’aux environs de Nolay au sud. -Très rare : -Côte-d’Or - Châtillon-s-Seine (disparue ?). -Saône-et-Loire- Roche de Vergisson. Nulle ailleurs.

 
Illustrations :
Planche herbier :