bannière de biologie végétale
image herbier de bourgogne






Nom scientifique :

Scutellaria alpina

Auteurs :

L.

Famille :

Lamiacées

Protection : Pas de protection
Synonymes :

Noms vernaculaires :

Scutellaire des Alpes

Numéro : 0965
Etymologie :

Du latin scutella, soucoupe, sébile : allusion à l’écaille du calice ; nom remontant à Cortusi et J. Bauhin (Fournier)

 
Description : Tige 10-30cm, couchée-ascendante, plus ou moins pubescente. Feuilles (b) 1,5-3cm, ovales, crénelées-dentées, les inférieures pétiolées. Inflorescence d’abord dense, plus ou moins 4-angulaire. Bractées 8-15mm, > le calice, larges, imbriquées, sessiles, ovales, entières et aiguës, un peu scarieuses et habituellement purpurines. Corolle (c) 2-2,5cm, à tube courbé, plus ou moins pubescent à l’extérieur, purpurine, à lèvre inférieure souvent blanchâtre
Répartition géographique  :

Eboulis ensoleillés, pelouses rocailleuses. -Assez rare : -Côte-d’Or- Côte dijonnaise, de la région de Meursault et Pommard aux environs de Dijon. -Extrémement rare : -Côte-d’Or, à Asnières-en-Montagne. -Saône-et-Loire- Plateau des moulins de St-Désert. -Yonne- Tonnerrois, à Cry.

Plante orophyte du sud et du sud-centre de l’Europe, elle se comporte en France comme liée aux reliefs des Alpes et des Pyrénées. A part une irradiation vers le sud-est du Massif central, elle ne se retouve à basse altitude qu’en Bourgogne, avec une ou deux localités jurassiennes.

L’îlot bourguignon n’a guère d’origine possible qu’à partir des foyers savoyards. On notera le curieux alignement SE-NW des localités jurassiennes et bourguignonnes, y compris celles des confins de l’Yonne et de la Côte-d’Or, puis le partage entre les deux extrémités sud et nord des populations de la Côte dijonnaise.

 
Illustrations :
Planche herbier :