Accueil Les enseignements Multiplication végétative
La Multiplication Végétative

3.Avantages et inconvénients



En conclusion, la diversité des organes spécialisés dans la multiplication végétative comme les stratagèmes développées par les plantes pour s’en passer tout en préférant un mode de reproduction asexué illustrent la grande place de ce cycle de reproduction dans le monde végétal.

Les espèces, les organes, les individus ne sont pas tous également aptes à la dédifférenciation et/ou à l’organogénèse inhérente à ce mode de multiplication. Cependant, souvent très efficace, il présente de nombreux avantages.

Ce mode de reproduction est ainsi obligatoire pour de nombreuses espèces qu’elles soient haploïde, triploïde et d’une manière générale polyploïde, hybride, mutante ou autres... La séparation géographique des pieds mâles et femelles d’espèces dioïques est une autre raison pour privilégier la multiplication végétative.

Par ailleurs, cette dernière est souvent plus rapide et plus sûre. Dans les mêmes conditions de culture, un tubercule, par exemple, donnera bien plus vite qu’une graine une plante saine et forte.

La multiplication végétative permet aussi de fixer un génotype intéressant obtenu par reproduction sexuée, phénomène d’autant plus important que l’espèce présente une forte hétérozygotie dans la descendance.

La multiplication végétative est souvent à l’origine de la conquête rapide d’un nouvel espace, prairie, steppe par les graminées, mer par l’Elodée...

Au contraire, aucune modalité de la multiplication végétative n’établit une barrière à la propagation des parasites de la plante mère, alors que la graine se comporte comme un filtre. Ainsi, de proche en proche, la maladie peut s’installer dans un clone et le faire dépérir...



Forum de l'article


Imprimer cet article

Introduction

1a. Importance des méristèmes primaires

1b. La fragmentation

1c. Les organes néo-formés pour la dissémination

1d. L’apomixie

2a. Bouturage, marcottage et autres... de plants avec méristème

2b. La totipotence et la balance hormonale

2c. Les facteurs environnementaux à contrôler